L’artisanat des tapis noués à la main est avérée dans les tribus nomades d’Orient depuis l’Age de Bronze et apparaît en même temps que l’art de tisser les vêtements. Il s’est transmis ensuite de génération en génération. Toutefois, les tapis étant faits de matériaux altérables, laine, poil de chameau, soie, coton ou chanvre, ils se sont mal conservés au fil des siècles.

Le tapis de Pazyryk

Le plus ancien tapis jamais découvert est le tapis de Pazyryk, du nom du site sibérien où il a été trouvé. En 1947, un archéologue russe, Sergueï Roudenko, l’a retrouvé dans la tombe d’un prince scythe. Il date du Ve siècle avant notre ère, et la glace dans lequel il était pris l’a miraculeusement conservé. Ses dimensions sont de 200 cm sur 183. Il représente, autour d’un centre en rosette, des cavaliers des steppes et une procession de cerfs. Son excellente exécution en fait un tapis qui n’a rien à envier à ceux vendus actuellement dans le commerce.On peut le voir au Musée de l’ermitage, à Saint-Pétersbourg.

Les experts s’accordent en général pour dire que cette pièce serait l’aboutissement d’au moins un millénaire d’expériences, ce qui ferait remonter la création du tissage à il y a 3500 ans environ.

Les tapis persans

Les plus vieux tapis persans découverts, en lanbeaux, remontent au IIIe ou au Ve siècle de l’ère chrétienne. Mais c’est sous les Safavides (qui régnèrent sur l’Iran entre 1501 et 1736) que les ouvrages persans sont exploités non plus par une production artisanale assurée par les tribus nomades, mais par une véritable industrie : des ateliers royaux existent alors à travers tout le pays.

Tapis vintage

Tapis vintage

Les tapis d’Arménie

Dès le VIIIe siècle de notre ère, l’écrivain et historien arabe Ibn-Khaldoun atteste de la présence de tapis arméniens apportés en tribut à la cour de Bagdad, et au XIIe siècle, Marco Polo les vante dans ses carnets de voyage comme les plus beaux du monde. Exécutés dans un pays à dominante musulmane, ils permettaient aux femmes, enfermées au foyer, d’exploiter leur créativité. Les plus anciens tapis préservés, en un petit nombre d’exemplaires, datent des XIIIe et XIVe siècles, et sont conservés dans les plus grands musées à travers le monde.

Le tapis d’Arbadil

C’est de l’époque savafide (1539, plus exactement) que date le plus beau tapis découvert à ce jour, à savoir le tapis d’Arbadil. Mesurant 534 cm sur 1152, il aura fallu trois ans à cinq tisserands pour le fabriquer. Des deux tapis d’origine, on peut trouver le mieux conservé au Victoria and Albert Museum de Londres et l’autre, qui a servi à réparer le premier, au Los Angeles County Museum.

Le tapis de Marby

Le tapis de Marby, qui date du XVe siècle, est l’un des plus ancien tapis conservés en Suède, et le musée de Stockholm conserve un beau tapis de chasse du XVIe siècle.

Le métier à filer

Primitif, le métier horizontal est celui qui est encore utilisé par les nomades, car il est facilement repliable et transportable lors de déplacements. Entre deux barres de bois sont tendus les fils de laine, dans le sens de la longueur. Deux pieux ancrés dans le sol, à l’extrémité de chacune des barres, maintiennent les fils tendus.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *